Connect with us

cheval du jour

La France, son deuxième pays

Jeudi à Deauville Propriétaire allemand, Ulrich Kerick espère que son
nouveau voyage en terre française sera fructueux, avec notamment Waleed.

FRANCE TURF

A CÔTÉ DU NOM Waleed, on peut y lire Stall Laurus dans la case propriétaires. Mais qui se cache derrière cette appellation ? Ulrich Kerick, qui a monté cette écurie dont font partie ses parents. L’Allemand de 43 ans est propriétaire de chevaux de courses en Allemagne depuis une vingtaine d’années, tout en dirigeant une entreprise de nettoyage de bureaux. « Je vis entouré de chevaux depuis tout jeune », explique celui qui possède neuf pur-sang, sous l’entraînement de sa sœur Hella Sauer à Düsseldorf. « Elle a pris la relève de son mari Norbert après son décès en 2015 à la suite d’un accident, précise-t-il. J’habite à proximité de son écurie, et ma plus grande joie est de venir à l’entraîne ment le matin. » Comme de se déplacer en France pour voir ses représentants courir car « les allocations en Allemagne sont très basses ». « J’aime aussi beaucoup votre pays, poursuit-il. J’ai appris votre langue durant mes études et je me suis perfectionné pour mieux comprendre le système des courses françaises.»

Alors, malgré des frais kilométriques élevés et les contraintes liées au Covid-19 – « nous devons passer à chaque fois des tests PCR, et mes chevaux doivent subir des examens vétérinaires » -, venir en France peut valoir le coup. Avec Waleed (n°1), au départ du quinté. « Il a remporté deux gros handicaps depuis qu’on l’a acheté à réclamer (22 222 €), sa valeur est élevée, mais il peut bien se comporter, considère-t-il. Je compte aussi sur Chief Mambo (6e ) et Trentino (7e). »

voila mon pronostic:

obtenir  pronostic

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Dernière minute