Connect with us

Actualités

QUINTÉ+ FRANCE TURF

VILARO REVIENT DE LOIN

FRANCE TURF

Avec Bid Adieu et Octoking, il était envisageable que le Quinté de ce jeudi se jouerait sur
un rythme endiablé. Respectivement premier et troisième de cette épreuve l’an passé, ils ne
se rappelaient sûrement pas qu’entre-eux s’était intercalé un certain Vilaro. Mais force est
de constater que, depuis, le pensionnaire de David Smaga avait rarement été gâté par sa
position dans les boîtes de départ. Et ce Prix de l’Ile de la Jatte ne dérogeait pas à cet état
de fait au grand dam de son metteur au point. Seulement, alors que les observateurs
conseillaient de faire la course en tête dans ce bon terrain, les attentistes les ont fait mentir.
Bid Adieu rentrait rapidement dans le rang et Octoking, encore en tête à une petite centaine
de mètres du poteau, se faisait ensevelir par un peloton « tsunamique » tout près du but.
L’expérimenté Vilaro, pourtant monté dans le dernier wagon par Cristian Demuro, faisait
alors sien en toute quiétude le quatrième de ses vingt-deux gros handicaps devant
Monargent dont il faudra se souvenir du rush final surtout s’il venait à réapparaitre en bon
terrain ou sur le sable fibré. Côté corde, troisième, Khochenko intégrait la bonne
combinaison pour la quatrième fois consécutive devant Jizellita qui toisait sur le gong le
pauvre Octoking lequel a cependant conservé de beaux restes à 8 ans.

DIAMOND CHARM « SAP » LE MORAL À CABOURG

FRANCE TURF

Proclamé ce vendredi soir grand favori du Prix du Sap, le deuxième Quinté d’un été à
Cabourg, Diamond Charm n’a pas donné de sueurs froides à ses partisans. Le mieux parti à
son échelon des 25 mètres, le protégé de la famille Dubois s’est propulsé en tête à un peu
plus de mille mètres de l’arrivée, puis a contrôlé la course sans avoir à forcer son talent,
Jean-Philippe Dubois assistant presque à cette démonstration en spectateur. Derrière, pour
beaucoup, c’était la débandade sauf pour Chouan du Hour, éphémère animateur à miparcours,
qui n’a eu par la suite qu’à suivre le fils de Prodigious sans vraiment s’inquiéter de
Duc Lebel et Carioca qui ne progressaient plus vraiment dans son rétroviseur. Dimo
d’Occagnes, cinquième, verrouillait un Quinté quasiment affiché dans le tournant final. Le
dernier à huis clos puisque les hippodromes ouvraient enfin leurs portes au public dès le
lendemain. Biarritz, Cagnes-sur-Mer, Clairefontaine, Enghien (Quinté), Graignes, Les Sablesd’Olonne et La Teste-de-Buch étaient autant de choix qui s’adressent aux turfistes et aux curieux des quatre coins du pays. Un mini événement ou plutôt une communion enfin possible entre supporters et acteurs de courses qu’ils n’ont pas manqué. Des deux côtés de la lice, les uns avaient tant manqué aux autres.

UN « PETIT MORNY » POUR KILFRUSH MEMORIES

FRANCE TURF

S’il ne faut pas confondre le Prix Morny (Grp. I) et le Prix de la Place Morny (handicap), on
y trouve pourtant quelques similitudes, l’un et l’autre se disputant sur le bel hippodrome de
Deauville et sur le même parcours des 1.200 mètres. On rencontrait même derrière les boîtes
de départ un certain Simply Striking qui, deux ans plus tôt, s’était octroyé la sixième place
dans le Groupe I normand pour les 2 ans. On était certes quelques étages plus bas ce
dimanche dans le Quinté, mais le pensionnaire de Mauricio Delcher-Sanchez est toujours là,
plus régulier que jamais, n’étant pas sorti des trois premiers depuis l’été 2019. Il découvrait
au rond de présentation huit adversaires du Quinté dieppois dont il avait été l’un des
bourreaux le 16 juin dernier en concluant deuxième. Sans Coeur de Pierre cette fois, son jour
semblait proche. Seul le poteau a paru loin dans ce sprint en ligne droite. Trop loin puisque
coiffé dans le dernier hectomètre par Kilfrush Memories qui, une fois calé le long de la lice
des tribunes, a déployé d’immenses foulées pour mettre aisément tout le monde d’accord.
Simply Striking battu par Stéphane Pasquier qui l’avait pourtant monté dans le Prix Morny.
Un comble ! Irrésistible Stéphane Pasquier dans des Quintés qu’il dévore goulument. Après
Alba Power et Celestissime, «Kilfrush» est déjà le troisième événement qu’il dédie à
l’entraîneur Fabrice Chappet dans la période post-confinement. Abonné tout comme Simply
Striking aux places d’honneur, Tudo Bem sautait sur le dernier accessit devant Muttrah Fort
et Parigote que la photo ne parvenait pas à départager pour la quatrième place.

MAINMISE DE CHARLIE APPLEBY ET WILLIAM BUICK SUR DEAUVILLE

FRANCE TURF

Cinq partants, deux lièvres et trois champions, ainsi pourrait-on résumer le déplacement de Charly Appleby et de son jockey William Buick dimanche à Deauville. Dans le Prix Amandine (listed-race) et trente minutes plus tard dans le Prix Jean-Prat (Grp. I), Stormy Mountain et Well of Wisdom ont respectivement fait le boulot pour mettre du rythme et propulser au poteau leurs camarades d’écurie Althiqa et surtout Pinatubo (notre photo). Car c’est bien ce dernier qui concentrait toutes les questions à La Touques. Invaincu en 2019 après avoir épinglé deux Groupe I au Curragh et à Newmarket, cet excellent Godolphin n’avait pu confirmer à deux reprises au mois de juin. Et il apparaissait normalement «français», dans notre bon vieux pays où la critique galope, de se dire que ce fameux poulain n’était peut-être qu’un génie précoce ayant loupé le train des bons 3 ans. A cela, le fils de Shamardam a répondu ce dimanche que le mile n’était pas sa tasse de thé. Etonnant pour un Anglais, non ? Mais pourtant vrai. Les 1.400 mètres sont par contre presque mesurés pour lui. Monté à l’arrière-garde par un patient William Buick, Pinatubo a produit son effort à 300 mètres du but pour perforer le peloton et dominer de ce qu’il a voulu Lope y Fernandez lui aussi bon finisseur. Déception par contre chez les Français sauf pour Francis-Henri Graffard certainement séduit par la prestation de Wooded, quatrième, alors qu’il avait montré deux mois plus tôt que les 1.200 mètres correspondaient mieux à ses aptitudes. Quelques minutes auparavant, l’entraîneur cantilien venait aussi d’enlever le Derby Allemand (Grp. I) à Hambourg avec In Swoop et l’aide de Ronan Thomas. Une fête nationale avant l’heure. Mais revenons en Normandie où le Prix de Ris-Orangis (Grp. III) confirmait la mainmise de nos amis anglo-saxons, Royal Crusade faisant sien le Prix de Ris-Orangis (Grp. III), dernier joyau dominical. Three sur trois ou trois on three ! Congratulations sirs !

PARTAGER

Dernière minute